L’interdiction soudaine des arômes dans les produits de vapotage par le gouvernement de la Nouvelle-Écosse ne fera qu’augmenter le tabagisme et le marché noir
5 dcembre 2019
L’interdiction soudaine des arômes dans les produits de vapotage par le gouvernement de la Nouvelle-Écosse ne fera qu’augmenter le tabagisme et le marché noir

TORONTO, le 5 décembre, 2019 - L’Association canadienne de vapotage (ACV) est profondément troublée par l’annonce soudaine du gouvernement de la Nouvelle-Écosse d’interdire la vente de produits de vapotage aromatisés d’ici le 1er avril, 2020. L’ACV estime qu’il s’agit d’une décision hâtive et présomptueuse qui pourrait avoir des conséquences mortelles pour les milliers de fumeurs et de fumeurs réformés qui ont désespérément besoin d’une alternative efficace de réduction des méfaits du tabagisme.


L’accès des jeunes au produits de vapotage est un problème national qui doit être réglé de façon raisonnable, sans que les fumeurs adultes retournent au tabac ou aux produits du marché noir. Si cette interdiction est mise en œuvre au printemps de 2020, ces deux scénarios tout aussi dangereux seront presque certainement le résultat. Nous devons nous rappeler que le tabac est la principale cause de mortalité au Canada, et que les produits contaminés de l’acétate de vitamine E provenant du marché noir ont été identifié par les chercheurs comme étant la principale cause de la récente éclosion de maladies pulmonaire aux États-Unis et au Canada.


Selon la Food and Drug Administration des États-Unis (ou la FDA), sur les 689 échantillons prélevés des patients qui ont subi des maladies pulmonaires, 445 échantillons contenaient du THC et, parmi ceux-ci, 48 pour cent contenaient de l’acétate de vitamine E comme diluant et 24 pour cent contenaient un autre diluant comme les triglycérides à chaîne moyenne. L’acétate de vitamine E est déjà interdit en vertu de la Loi sur le tabac et les produits de vapotage. Cette réalité devrait également préoccuper les autorités de la santé publique de la province.


De plus, les marques de produits de vapotage financées et détenues par des compagnies de tabac, qui sont vendues et commercialisées de façon irresponsable dans des dépanneurs accessibles aux jeunes partout au Canada et qui ne sont pas affiliées à l’Association, contiennent des niveaux de nicotine allant jusqu’à 59 mg/ml. Ces taux de nicotine sont extrêmement élevés, surtout pour les jeunes et les non-fumeurs, et ces taux sont parmis les principaux causes du problème de l’adoption du vapotage par les jeunes. L’ACV préconise une limite de 20 mg par mL ainsi que la vente de ces produits dans des boutiques spécialisés dont l’accès est limité aux adultes.


“Malheureusement, les fumeurs sont totalement ignorés dans cette panique. Nous avons des milliers de clients qui comptent sur les arômes pour les tenir à l’écart du tabac,” déclare Darryl Tempest, Directeur général de l’Association canadienne du vapotage. “Les arômes, tant qu’ils sont disponibles dans les boutiques spécialisées dont l’accès est limité aux adultes, offrent aux fumeurs une alternative beaucoup moins nocive avec une limite de nicotine de 20 mg par mL. Nous le savons sans l’ombre d’un doute et ce sont les risques que les gouvernements doivent pondérer avant l’adoption de nouvelles réglementations à la volée.”


Tempest ajoute: “Nous avons besoin de consultations fondées sur des faits et des preuves. Depuis de nombreux mois, l’ACV  montre du doigt la cause réelle de la recrudescence du vapotage chez les jeunes, et ce n’est pas les arômes mais bien la prolifération flagrante de produits de vapotage financés par des compagnies de tabac et largement disponible dans des milliers de dépanneurs et stations-service accessibles aux jeunes à travers la Nouvelle-Écosse et le Canada en 2018, avec des taux de nicotine scandaleux qui a coïncidé avec un bond du vapotage chez les jeunes. Dans les presque 10 années avant l’arrivée massive de ces produits, le taux de vapotage chez les jeunes était relativement stable et ce, malgré la disponibilité de milliers de saveurs dans les boutiques spécialisées pour adultes.”


L’Association canadienne du vapotage salue la volonté de la province d’améliorer la réglementation tout en exhortant le gouvernement de la Nouvelle-Écosse de suivre l’exemple des ses homologues de la Colombie-Britannique, de l’Ontario et du Québec en s’assurant que tous nouveaux règlements et normes soient fondées sur les meilleurs donnés probantes, et suite à une consultation rigoureuse auprès d’une diversité d’intervenants. N’ayant aucune affiliation au compagnies de tabac ni leurs filiales, l’Association travaille étroitement avec Santé Canada et les autorités provinciales de la santé dans l’élaboration des politiques publiques et des processus réglementaires qui tiennent compte de la hausse du vapotage chez les jeunes, notamment en limitant la vente de ces produits aux boutiques spécialisées pour adultes seulement. Nous attendons avec intérêt de consulter et de collaborer avec le gouvernement de la Nouvelle-Écosse pour éviter une autre crise de santé publique provoquée par les des anciens fumeurs qui reviendraient au tabagisme ou qui se tourneraient vers les dangers du marché noir.


À propos de l’Association canadienne du vapotage


L’Association canadienne du vapotage (ACV) est un organisme national sans but lucratif qui représente les intérêts de l’industrie canadien du vapotage. Fondée en 2014, l’ACV représente plus de 300 manufacturiers, détaillants, et commerces en ligne. Les compagnies du tabac et leurs filiales ne figurent pas parmi nos membres. Nous somme le principal organe de liaison avec tous les paliers gouvernementaux du pays sur toutes questions législatives et réglementaires liées à l’industrie. Notre mission est d’assurer une réglementation raisonnable et pratique par le biais de communications continues et l’éducation des agents de la santé, les médias, et les élu(e)s.


Pour de plus amples renseignements:


Darryl Tempest, Directeur général, 647-274-1867, [email protected]

Latest Releases

11 septembre 2019
Vaping versus THC Carts
10 septembre 2019
CVA Position on Flavours